3 Mois de voyage : Le bilan

3 mois déjà… Si tu n’as pas vu mon article précédent où je parle de mon premier mois de voyage, c’est par ici. Il faut dire que depuis mon dernier article beaucoup de choses, ce sont passé. De nouveaux sentiments et/ou ressentiment sont apparus. Je dois dire que tout n’a pas été aussi facile qu’au début de mon voyage… Je vais parler a cœur ouvert dans cet article de la manière la plus sincère qui soit.

Il faut dire que j’appréhendais cette date des 3 mois, non pas que je savais que cette période allait être difficile pour moi (quoi que) mais surtout que 3 mois représentent « un palier » un palier psychologique, car je ne suis jamais parti aussi longtemps de chez moi alors forcément tout ce que je vis et nouveau pour moi.

Mais rentrons dans le vif du sujet ! Oui, ce fut une période difficile, je n’étais pas bien, un peu en colère, en manque de ma vie, de ma France et à certains moments, je broyais du noir… Revenons un peu en arrière… Un pays qui m’a énormément marqué fut la Birmanie. Une expérience incroyable tant dans le domaine du voyage qu’humainement, j’ai été comme en phase avec les gens et leur culture. Par la suite, je me suis dirigé vers la Thailande et là je sentais que quelque chose n’allait pas et la suite m’a donné raison.

Partie 1 : La Thailande

Je dirais que la Thaïlande a révélé quelque chose qui était en sommeil, il m’a fallu du temps pour comprendre, mais j’y reviendrais…
As-tu déjà ressenti le sentiment de ne pas te sentir à ta place ? Que ta vie devient fade ? Pourtant, je voyage autour du globe, je vis des choses extraordinaires et je me rends toujours compte de la chance que j’ai, mais quelque chose cloche.. Je le ressens au plus profond de moi, mais je fais tout pour le cacher et le refouler. Ce qui peut être paradoxal, c’est que je suis toujours très heureux de vivre ce que je vis, de découvrir des nouveaux lieux, mais il manquait la chose la plus importante en voyage l’excitation du moment présent… 

Tout ce mal-être commençait à se ressentir notamment sur les gens, et ma façon de m’exprimer. J’étais pour ainsi dire en colère, j’étais en conflit avec les différences culturelles, je manquais d’ouverture d’esprit et tout était difficile à accepter et plus les semaines passèrent, plus la fatigue du voyage ne faisait qu’accentuer ce mal-être.

Partie 2 : La connexion humaine

J’ai compris une chose essentielle

« La connexion avec les habitants locaux est bien plus importante que le nombre de sites touristiques que tu visites »

Le passage de la Birmanie à la Thaïlande a été une vraie rupture humaine, je n’ai pas retrouvé chez les Thaïlandais la même simplicité de vivre que chez les Birmans. Je suis tombé pour la première fois en Asie sur une version occidentalisé, j’avais l’impression de me retrouver en vacances à consommer le moment et non plus à le vivre.

Tout cela a crée un creux dans mon voyage, une vague impressionnante qui m’a sapé le moral fait douter et crée des manques. Tout ce que j’avais envie, je ne l’avais pas ! Mes amis, la famille, mon confort, la nourriture… MA VIE en fait ! Il fallait trouver une solution, car je le savais qu’au fond de moi toutes ces difficultés ne seraient que passagères.

Part 3 : Se reconnecter a sa vie

J’ai eu la chance de retrouver après le Viêtnam et le Cambodge un très bon ami à moi qui à été d’une aide extraordinaire dans mon voyage et qui de par son expérience du voyage (c’est un expat qui bosse en Thailande) et ces mots rassurants m’ont reboosté.

Et pour la première fois depuis 4 mois, j’ai pu rester plus de 5 jours au même endroit !!! j’ai reconnecté avec mes racines, c’était ce dont j’avais besoin et cela peut paraître très simple, mais juste le faite d’avoir une chambre pour moi avec un peu d’intimité, de pouvoir parler français, de parler de nos vies ici et en France et d’échanger avec UN AMI font du bien au moral.

Partie 4 : Aller de l’avant

Ce n’est qu’après quelques semaines que je venais de comprendre ce qui s’était passé dans ma tête …. Je venais de vivre l’expérience difficile d’un voyage au long cours… Je pensais que tous les pays seraient merveilleux et que je serais aux anges pendant 1 an, mais non cela a été une désillusion, car je me rends compte que je n’ai pas accroché à tous les pays et que certains me correspondent beaucoup mieux que d’autre.

Mais comment le savoir avant de partir ? Tu ne le sais pas !! Il faut sortir de chez toi pour apprendre à te connaître et choisir la direction que tu souhaites prendre dans ta vie.

Aujourd’hui, tout ce que je retire de ce début de voyage est positif, cela m’a rendu plus fort dans ma tête et j’ai appris sur moi ! J’ai compris une chose importante, je suis quelqu’un qui aime sortir des sentiers battus et du circuit touristique classique, et je ne sais pas si j’aurais encore des creux dans mon voyage, c’est fort probable, ils seront peut-être moins puissants, moins envahissants, mais je sais que je ne tournerais pas le dos et que j’irais de l’avant.

comment No comments yet

You can be first to leave a comment

mode_editLeave a response

Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *

menu
menu